🎁 Ton conseil bien-être hebdo gratuitement dans ta boîte mail

Contre-indications, risques et dangers du breathwork : quelles précautions ?

Technique originellement étasunienne, le breathwork consiste en l’exploration du souffle. Pour cause. Ressource bien souvent peu exploitée, elle reste cependant puissante ! Les bienfaits s’appliquent sur notre état physique, mental et émotionnel.

 

Toutefois, ce triptyque reste compromis pour certaines personnes. Telles que les femmes enceintes ou les patients avec des problèmes cardio-vasculaires. Aussi, il convient de connaître les éventuels effets désagréables dûs à l’hyperventilation, comme les picotements ou les vertiges. Il est absolument essentiel d’être accompagné (ou du moins pour la première séance).

Les effets peuvent surprendre, et certaines conditions de sécurité doivent s’appliquer (au niveau de la posture, du rythme, de la durée…).

 

Je suis Sarra Saïdi, coach bien-être !

“Mon ambition est de démocratiser le breathwork de manière éducative, pour tirer le maximum de bienfaits dans nos quotidiens modernes et pressés.”

Les contre-indications du breathwork

Le breathwork offre une multitude de bienfaits. Pourtant, il reste contrindiqué pour certaines personnes. En effet, l’hyperventilation obtenue avec la technique de respiration ne convient pas à tous.

Pour rappel, le breathwork est un terme générique qui engloble un ensemble de techniques de respiration. L’une de ses techniques correspond à la respiration holotropique, qui est intense et qui s’effectue par la bouche.

Une respiration saine est avant tout une respiration nasale. Or, lors d’efforts physiques ou d’une crise de panique par exemple, le corps se met à aller chercher plus d’air, la respiration se transforme donc en respiration buccale.

Cette respiration buccale a pour objectif d’amener le maximum d’oxygène pour répondre aux besoins du corps.

Ainsi, le breathwork s’inspire de cette respiration intense, et de manière volontaire, consciente et maîtrisée, recrée une hyperventilation. Cette hyperventilation est contre-indiquée pour certaines personnes, qui souvent sont les mêmes que lors d’une pratique de sports à haute intensité.

C’est notamment le cas pour les individus entrant dans les cas de figures suivants :

  • Grossesse (attendez après l’accouchement pour profiter des apports du breathwork)
  • Avec des antécédents cardio-vasculaires
  • Sujets aux crises d’épilepsie ou aux crises d’angoisse
  • Suivi ou non pour les troubles de la tension artérielle (hypertension ou hypotension)
  • Atteint d’un glaucome,
  • Atteint d’une pathologie psychiatrique

Il est important de préciser que le breathwork ne constitue aucunement un traitement médical. 

Il s’agit particulièrement d’une technique de respiration, qui s’utilise comme un outil de coaching.

Enfin, cette dernière confère un état de bien-être physique, mental et émotionnel. Néanmoins, elle ne se substitue pas à un traitement médical.

Les dangers du breathwork

Peurs et panique

La peur. Émotion tout à fait normale, elle nous enseigne. En effet, avoir peur nous mène vers bien des décryptages. De nos vécus, d’une situation sensible ou encore d’un avenir incertain. Assurément.

 

C’est pourquoi, lors d’une séance de breathwork, elle peut ressurgir. C’est notamment dû au changement du rythme respiratoire. Celui-ci entraine alors des visions, parfois déroutantes de surcroit. Empruntes d’un message subtil de notre esprit, elles montrent le chemin de la sérénité.

 

En suivant les indications du coach en breathwork, les réponses peuvent arriver. Avec elles, les peurs s’estompent. Enfin, la peur laisse place à un état de bien-être général.

 

Durant une première séance de breathwork, la nouveauté amène quelquefois un sentiment de panique. Nullement gravissime, ce dernier n’est pas anormal. Loin de là !

 

Réellement, il survient avec l’amplification du ressenti : “j’ai du mal à respirer”. Pris dans l’engrenage et la sensation d’inconfort, la panique prend place. Elle s’installe, non sans pourvoir être délogée.

 

Encore une fois, le professionnel du breathwork, assure une protection bienveillante. Il s’agit d’une mission essentielle.

 

D’ailleurs, vous saurez d’un bon professionnel vous indiquera toujours que la phase d’intégration qui suit l’exercice de breathwork est la phase la plus importante.

En effet, pendant plusieurs minutes après une respiration intense, il convient de rester allongé le temps de laisser redescendre et de reprendre son souffle.

 

Comme pour le sport, la phrase de récupération est tout aussi importante que la séance en elle-même.

Avec la pratique, les changements de rythmes respiratoires deviennent plus naturels. 

Ainsi, la peur est dépassée, et l’exercice devient un exercice de dépassement de soi. Soufflez !

Picotements et vertiges

Décrits comme l’un des premiers effets secondaires, les picotements restent courants. Pas d’inquiétude. Ils interviennent en réaction aux changements du flow respiratoire. De cette façon, notre corps l’intercepte en se plaçant en mode de survie.

 

D’ailleurs, un autre effet au delà d’un certain nombre de minutes: La tétanie des extrémités des doigts. Si bien que nos muscles se contractent involontairement sous cet ordre de survivance. Là aussi, c’est passager, mais cela peut surprendre. De l’importance de prendre conscience que c’est avant tout une technique de respiration intense qui a des effets directs sur le rythme cardiaque et la manière dont le corps est irrigué.

 

Ne faites jamais n’importe quoi pour votre santé.

 

Pendant une séance de breathwork, des sensations annexes se montrent. Tels que des états nauséeux ou des vertiges. C’est encore une fois une réaction naturelle d’un corps qui active son système du stress. Cependant, il est du devoir de la personne qui vous accompagne, de vous accompagner jusqu’au bout de l’intégration, et de vous prévenir en amont de la séance.

 

Une séance de breathwork se fait obligatoirement en position allongée à même le sol et sans coussin sous la nuque, justement pour des questions de sécurité. Il convient de ne jamais se relever subitement.

 

Imaginez-vous faire un sprint, puis vous arrêter net : vous allez ressentir des effets assez similaires… il faut une période de récupération pour que le corps et le mental reprennent leurs esprits.

 

Pour le petit point culture, les américains parlent de healing (ou de guérison), lorsque des effets désagréables se prolongent suite à la séance.

Une « crise de guérison » peut survenir si une émotion lourde est ressortie pendant l’exercice, et que cette émotion a besoin de se digérer pendant les jours qui suivent avant de s’en libérer. En cela, le breathwork est communément utilisé comme outil d’introspection.

 

C’est un sujet intéressant que l’on pourra évoquer à la suite d’un prochain article.

 

Le pouvoir du souffle est vraiment surprenant !

 

En réalité, l’hyperventilation n’est jamais agréable : le breathwork devient un moment de dépassement de soi, pour se libérer. Un peu comme le sport finalement.

Et le subconscient dans tout ça !

Pas en reste, notre subconscient travaille également. Pendant le breathwork, ce dernier ouvre l’accès aux couches les plus profondes le composant.

 

L’hyperventilation, au delà d’un certain nombre de minutes, amène un état de conscience modifié.

 

L’état de conscience varie pendant une séance, en passant de la relaxation, à la méditation, à l’hypervigilance, puis à un état qui approche l’endormissement. Ce sujet est passionnant et les démonstrations scientifiques manquent de matière sur le sujet. Vous pouvez lire l’article qui détaille cette notion d’état de conscience et pourquoi on parle d’état de conscience modifié.

 

Pourquoi voyager à travers sa respiration sur différents états de conscience ?

C’est en réalité cela qui conduit vers la libération de blocages, de mauvais souvenirs ou de pensées enfouies.

 

Il n’y a rien de pire pour rester ancré dans un schéma de négativité. Alors, libérez-vous, grâce à votre propre souffle !

 

Toutefois, les retrouvailles avec ses chemins noircis de tristesse restent une épreuve difficile. Il convient alors de resté accompagné pendant les exercices de respiration. Un coach en breathwork sera toujours là pour guider, rassurer et donner les instructions nécessaires.

 

Vous faites peut-être partie de ceux qui vont courir pour se changer les idées?

Ou bien de ceux qui vont vouloir grignoter pour calmer l’émotion désagréable?

Les exercices de respiration permettent de se mettre dans une posture d’observation, pour ne pas tomber dans la compensation justement.

 

Rajoutons au tableau en décrivant les effets des libérations : petits cris, pleurs, larmes… Un public averti en vaut deux. Ne dit-on pas !

 

Au final, l’objectif du breathwork consiste à augmenter l’état de bien-être général. Pour ce faire, les expériences ressurgissent dans un espoir de déblocage. Nous voyons enfin que se retrouver seul avec nous-même est libérateur. Notre souffle apprend à prendre conscience de notre potentiel. Par conséquent, il nous dirige vers une version optimisée pour un futur plus radieux.

 

À noter que le breathwork mène vers un état de conscience, et une libération émotionnelle qui ont été recherchés pour aider les personnes en sevrage de psychotropes, à l’instar du LSD.

 

Le must, la pratique de respiration ne se trouve pas addictive, elle et naturelle, et ces mythes autour du breathwork sont aujourd’hui bien mitigés grâce à une pratique encadrée.

 

Il y a encore plein de ressources sur le sujet, vous pouvez consulter le blog vitaminé proposé par Sarra Saïdi.

Au fait...le breathwork en quelques mots

Rien de compliqué ne résulte d’une séance de breathwork. Le tout consiste en bien suivre les conseils d’un professionnel.

 

Vous l’avez vu, la technique de respiration circulaire et intense présente des contre-indications et des risques. Pour autant, le breathwork est avant tout un ensemble de techniques de respiration (un peu comme le Pranayama au yoga).

 

Parmi toutes ces techniques, il y en a une, qui s’appelle le Pranayama en deux étapes (ou le 2-stage pranayama), qui provoque l’hyperventilation.

 

Reprenons rapidement les étapes indispensables à la réussite des exercices :

  • Prendre place confortablement en position allongée
  • Positionner une main sur la poitrine et l’autre sur le ventre
  • Inspirer par la bouche en gonflant l’abdomen
  • Inspirer encore en gonflant cette fois-ci la poitrine
  • Expirer rapidement
  • Recommencer

Cela parait simple… Et ça l’est !

Techniquement, la méthode est simple.

C’est en réalité l’intensité de la technique de respiration qui constitue un challenge mental.

 

Expérimentez votre propre pouvoir en essayant le breathwork !

Afin de répondre à votre besoin de curiosité, j’ai créé une offre spéciale : 5 jours d’initiation offerte.

Au programme : 5 jours pour gagner en zénitude et avoir une pêche d’enfer. Ça, c’est ma promesse ! Sarra Saïdi

Comment savoir si je suis encadré.e par un bon professionnel ?

Au pays du bien-être, il y a plein de charlatans, et il n’existe actuellement aucune certification reconnue par l’état qui reconnaît la profession de praticien en breathwork.

Heureusement, en France, les pratiques sont encadrées, et il existe certains professeurs sérieux comme Susan Oubari qui enseignent leur méthode.

Personnellement, c’est ma formatrice et elle mène des séances dans des salles de sport, ce qui rassure quant au sérieux de l’encadrement.

Voici le strict minimun d’un encadrement de breathwork, qui va vous permettre de jauger si vous avez affaire à un coach sérieux : 

  • La confidentialité des participants est respectée
  • Les contre-indications seront mentionnées pour veiller à leur respect
  • Les effets indésirables seront expliqués en début de session pour ne pas vous laisser surprendre
  • Une période d’intégration suit toujours la pratique pour une redescente en douceur
  • Une écoute indispensable pour vous accompagner sans vous faire de mal
 
Le lien de confiance est indispensable, puisqu’on parle de relâcher des émotions.
Fiez-vous surtout à votre intuition !

Comment se passe concrètement une séance ?

Le breathwork peut-être pratiqué de manière individuelle ou collective

Il peut également être pratiqué en présentiel ou à distance.

Pour rendre l’expérience plus agréable, une musique entraînante est en général utilisée.

La musique va d’ailleurs rythmer la respiration, pour encourager la persévérance et entretenir le flow: un peu comme quand vous écoutez de la musique lorsque vous courez.

Vous pouvez avoir un aperçu en découvrant ma chaîne Spotify, sur laquelle je partage les playlists utilisées pendant les séances.

Au final, quels sont les bienfaits du breathwork ?

Cette technique de respiration est avant tout une méditation active.

C’est donc une pratique qui requiert d’être en pleine conscience, et d’observer, de se mettre à l’écoute de son corps, de son mental et de ses émotions.

Au croisement entre le pranayama et le coaching, le breathwork ajoute sa dose de dynamique et de challenge.

La pratique nous enseigne la maîtrise du souffle, mais aussi le lâcher prise. C’est cela qui amène une forme de paix intérieure.

D’ailleurs, le simple fait que le breathwork soit une respiration diaphragmatique, permet d’améliorer sa conscience de sa propre respiration, et de corriger les mauvais réflexes.

Enfin, l’oxygénation, la relaxation qui en émanent rendent l’exercice très agréable malgré son intensité.

Cette technique est donc puissante, et si elle est bien menée, elle peut générer des libérations émotionnelles incroyables : une sensation de liberté, de légèreté et de reconnexion à soi.

Une école de la vie !

Cet article vous a parlé ? Il a résonné en vous, tel le pouvoir du souffle dans votre corps… Laissez un commentaire pour donner votre avis.

Article conçu par Isabelle Schmitt | Rédactrice Web SEO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Je suis Sarra, sophrologue et coach spécialisée en respiration

“Mon ambition est de démocratiser le breathwork de manière éducative, pour tirer le maximum de bienfaits dans nos quotidiens modernes et pressés.”
Je pense aussi que “les gens ne s’intéressent à leur respiration que le jour où ils s’étouffent”. Loin de vouloir donner une leçon, il s’agit plutôt d’un rappel, ô combien vital.

Podcast Equilibre Rythme Ton Flow sur Spotify Youtube
Rythme Ton Flow

Le Podcast de l’Equilibre : ouverture sur des parcours inspirants, ambitieux mais pas au prix de leur bien-être.

écouter